A lire avec les oreilles

Comment résister aux rythmes envoûtants de Toots Thielemans, Patrick Dewez, Renaud et compagnie ?
 
Puisque la musique fait de plus en plus volontiers appel à l'image, que ce soit par le clip ou le vidéo disque, il était tentant de renverser la situation et d'introduire du son dans la bande dessinée. Des essais en la matière ont déjà été entrepris, car si nombre d'auteurs de BD ont été attirés par le mouvement que leur offrait le dessin animé - des auteurs aussi différents que Morris et Moebius - d'autres ont rêvé d'adjoindre à leurs albums le fond sonore qui les avait accompagnés durant la création. Ainsi, dès les premières aventures de Jonathan parues à la fin des années septante, Cosey indiquait-il en dos de couverture les musiques qu'il suggérait d'écouter en lisant le livre, avec un souci de références discographiques digne de Nicolas Dor.
En 1987, "Barney et la note bleue", de Loustal et Paringaux, qui évoquait le saxophoniste de jazz Barney Wilen, fut distribué en même temps qu'un disque contenant des enregistrements de Barney dont la pochette reproduisait la couverture de l'album et que l'on proposait d'écouter en guise d'accompagnement musical au récit. Et au début de cette année, Casterman éditait "Le Musée A. Desombres" de François Schuiten et Benoît Peeters, qui, sous un boîtier, présentait une plaquette intitulée "Catalogue raisonné des oeuvres et des biens ayant appartenu à Augustin Desombres", peintre inconnu, et un CD comportant une dramatique de 62 minutes. Cette pièce s'inscrivait dans le cadre de la série des "Cités obscures".
C'est à présent au tour de Natacha, la célèbre hôtesse de l'air, pulpeux fleuron de la Bardaf, de bénéficier d'un environnement musical et parlé.
Les éditions "Notes en bulles" publient "Mambo à Buenos Aires", un curieux objet qui devrait séduire les collectionneurs et qui, convenons-en, ne manque pas d'intérêt. Le maître d'oeuvre de l'opération est le chanteur et guitariste Patrick Dewez. Il a imaginé une histoire de Natacha, Walthéry et Van Linthout (pour les décors) l'ont mise en dessins mais en s'abstenant d'introduire des bulles dans le récit car cette BD est à lire en écoutant un CD (ou une cassette) qui raconte l'histoire. A cela s'ajoute un important volet musical où l'on retrouve des musiciens comme Charles Loos, Steve Houben, Patrick Dewez lui-même bien entendu, Toots Thielemans et ses boys, Bruno Castellucci, Michel Herr, Jan Dehaas, Michel Hatzigeorgiou, ainsi que le chanteur Renaud.
Walthéry s'est inspiré - librement - de Renaud pour dessiner le personnage de Maxime le chanteur et n'a pas hésité à s'introduire dans le récit sous les traits de Zénobe Atlas, le clown nain camé.
L'idée de Patrick Dewez était amusante et la musique est bonne. (...)
"Mambo à Buenos Aires" · éd. Notes en Bulles · durée 56 min.
Robert Rouyet · Le Soir · Mad 19/12/1990