Les eaux des fontaines · Premier Album

Il s'appelle Patrick Dewez et son répertoire appartient à ce qu'il est convenu d'appeler la bonne chanson française. Celle dont chacun s'accorde à reconnaître la valeur, la beauté et la classe. Sauf les hit-parades.
En plus, les chansons de Patrick Dewez sont teintées de beaucoup de romantisme qui sied à son physique et à ses accompagnements dominés, le plus souvent, par le son de la guitare.
En radio, on a beaucoup entendu Cinéma dans ta tête (un 45 tours qui a précédé l'album), Babylone et Les Bermudes. Pour ma part, je vous conseillerais surtout Les eaux des fontaines, Ile et Katy.
Je ne résiste pas au plaisir de vous livrer les premiers vers de cette dernière chanson : Il te faudra du temps, Katy pour que s'effacent, Les marques de leurs mains, Sur ton corps humilié... La suite au vynil.
Eddy Przybylski · La Dernière Heure
 

Patrick Dewez : "chanter fait partie de moi"

Depuis 1963, les milieux de la chanson belge s'enflamment à l'approche du Festival de Spa. On comprend : c'est une occasion unique de forcer la porte de la notoriété. Outre le fait que le festival fête ses vingt berges, deux candidats liégeois ne manqueront pas de nous faire regarder le concours de très près. Cette semaine, on vous présente un grand espoir : Patrick Dewez...
Guy Delhasse
 

Couleur Nuit ou le talent des belges

La bande à Lafontaine, vendredi soir, à Couleur Nuit. Philippe Lafontaine (à gauche) a présenté, notamment, Patrick Dewez (à droite), un talent de chez nous trop peu connu. Encore un grand succès pour le présentateur Pierre Collard-Bovy (au centre).
Eddy Przybylski · La Dernière Heure
 

Une première liégeoise : la B.D. en musique !

De G. à D. : George Van Linthout, Charles Loos, François
Walthéry, Patrick Dewez et Renaud. Photo © P. Winkel
 
C'est un conte musical écrit (pour les 20 ans de Natacha) par Patrick Dewez, "mis en scène" par François Walthéry, raconté par Georges Pradez et interprété par Renaud et une pléiade de musiciens, dont Toots Thielemans.
Vous avez déjà vu une bande dessinée sans phylactères ? Ou alors une histoire racontée, indissociable de son "accompagnement" à la fois musical et graphique ? Non ? Sachez quand même que tout cela existe désormais. Et grâce à des Liégeois ! C'est Patrick Dewez, un auteur-compositeur-interprète, qui a eu l'idée de l'équation originale "B.D. + C.D. (ou K 7) = C.M.I.", soit conte musical illustré. (...)
Côté musique (...), il y a, évidemment, tout d'abord Patrick Dewez, compositeur de la plupart des thèmes interprétés. Liégeois, 32 ans (...) six 45 tours, un album personnel ("Les Eaux des fontaines", 1988), candidat belge au Festival de la chanson française de Spa en 1983, il se fait aussi entendre ici comme chanteur dans sa très jolie "Petite Star" tout en prouvant, dans plusieurs parties instrumentales, son talent de guitariste.
G. S. · La Meuse 21/12/1990
 

Renaud et le gratin belge du jazz pour Natacha

Patrick Dewez : "Ma rencontre avec François Walthéry date de quatre ans. C'était dans un petit cabaret de Liège (...) où je chantais parfois et où François venait jouer de l'harmonica. Paradoxalement, je n'étais pas un grand lecteur de bandes dessinées. Mais je connaissais Natacha parce qu'à l'internat, quand j'avais 12 ans, les éducateurs nous achetaient, toutes les semaines, le Spirou et le Tintin. Quand j'ai eu l'idée de ce conte musical, j'en ai parlé à Walthéry qui a très vite accepté."
Evidemment, la promotion de ce concept nouveau est centrée autour de la participation des deux vedettes, Renaud et Toots Thielemans.
François Walthéry : "Le plus marrant, c'est que nous les avons rencontrés le même jour. L'après-midi, nous étions chez Toots, à Grimbergen. Il nous a donné tout de suite un accord de principe. En rentrant à Liège, nous avons appris que Renaud était là pour enregistrer un Coeur et Pique. Nous l'avons trouvé au restaurant où il mangeait seul. Moi, je le connaissais depuis dix ans. C'est un fou de BD. Je l'avais rencontré à un festival, à Hyères. Il était arrivé avec sa horde de copains. Tous avec des vestes de cuir et des clous partout. Il m'avait demandé une Natacha comme il en rêvait. En porte-jarretelles. Deux mois plus tard, un magazine très sérieux, Nos lettres françaises, illustrait un artide sur l'argot par une photo de Renaud avec mon dessin. Renaud m'a souvent témoigné de l'amitié. Dans un clip, il porte un badge de Natacha. Aussi quand Patrick m'a raconté qu'il rêvait de Renaud pour interpréter sa chanson, c'était du domaine du possible."
Eddy Przybylski · La Dernière Heure 23/11/1990
 
 
Georges Pradez - Photo : P. Winkel
Georges Pradez
Photo © P. Winkel

Mambo à Buenos Aires

Avec "Mambo à Buenos Aires", Natacha nous revient aujourd'hui dans un album littéralement exceptionnel. Parce qu'il s'agit non seulement d'une histoire en images où la blonde et sculpturale héroïne (qui parvient carrément, ici, à hypnotiser ses adversaires...) en voit des vertes et des pas mûres, mais parce que ce récit admirablement dessiné par François Walthéry - avec le précieux concours de Georges Van Linthout (l'auteur de la série "Lou Smog" au Lombard) pour les décors et de l'excellente coloriste Ida Volcano - s'accompagne d'un compact-disque (ou d'une cassette) de 55 minutes 42 secondes, d'une qualité extraordinaire. Le scénario, la conception du projet, sa production et sa réalisation, de A jusqu'à Z, sont l'oeuvre du jeune chanteur et musicien belge Patrick Dewez sans qui, c'est sûr, ce "Mambo" n'existerait pas. Il mérite un fameux coup de chapeau et la gratitude la plus chaleureuse des innombrables amoureux de Natacha.
Francis Matthys · La Libre Belgique
 
A. Ryerson et S. Martini en studio - Photo : P. Winkel
A. Ryerson et S. Martini
Photo © P. Winkel
 
Pour lire l'intégralité de ces articles de presse, allez à la page "Liens"